Les dangers de la rivière

La rivière, comme tout environnement naturel, comporte des dangers. Naturels ou artificiels, ceux-ci ne se voient pas toujours et sont parfois difficiles à anticiper. Ils ont été divisés en deux catégories et ne sont pas exhaustifs.

Les dangers artificiels

Débris métalliques

Les rivières ont souvent été auparavant la poubelle des travaux de réfection de ponts ou de routes passant à proximité.
Sous les ponts et sur une zone de 100 mètres en aval, il est fréquent de retrouver des débris, des dalles artificiels armées et des câbles.
Des catastrophes naturelles, éboulement, destruction de route sont également une cause de dépôt de débris métalliques dans les rivières.

Les débris métalliques les plus fréquemment rencontrées sont des pieux, des câbles, des bernes routières et des DINs de chantiers.

Pour les éviter: ils sont malheureusement difficilement repérables. Méfiez-vous des piles de pont, sous les ponts et 100 mètres en aval ainsi que de la traversée des villes. Rester au centre du cours d’eau. En cas de doute, débarquez et portez.

Seuils artificiels

Pour protéger un pont ou un ouvrage lorsqu’une rivière fait un méandre, des seuils artificiels sont crées pour ralentir l’eau. Un phénomène de rappel, danger mortel, peut se créer.

Le principal danger de ces seuils est qu’ils ne semblent pas dangereux. L’eau est calme, mais une véritable machine à laver pouvant retenir quelqu’un prisonnier sous l’eau y est cachée. Voir ce film.

gros rappel
La machine à laver (source: https://www.reddit.com/r/WTF/comments/za9v7/the_drowning_machine/)

Un accident tragique lié à des seuils sur la Kander avait coûté la vie à des militaires en Suisse.

Ces seuils sont également néfastes pour les poissons car ceux-ci ne peuvent plus remonter le cours d’eau.

En Valais, de plus en plus de seuils artificiels sont démolis ou aménagés de manière à limiter le phénomène de rappel et renaturaliser le cours d’eau.

Pour les éviter: si vous voyez une ligne à l’horizon, débarquez, allez voir et au moindre doute portez.

Piles de pont

Les ponts avec leur « pieds dans l’eau » constituent un obstacle pour le courant et donc pour le matériel transporté par les flots. De plus des objets tombent des ponts et se retrouvent bloqués contre les piles. 

Il arrive fréquemment que du bois se prenne dans les débris métalliques augmentant encore le danger. Les piles de pont sont à éviter lorsqu’on passe dessous en raft ou en kayak.

Pour les éviter: rester au centre sur une ligne d’eau nette. Au moindre doute, débarquez et portez.
métal pont
Echelle métallique emportée et bloquée contre la pile d’un pont

Pollutions

Moins visibles mais dévastatrices pour l’écosystème, les pollutions sont également un danger pour les navigateurs, si ils absorbent de l’eau contaminée.

Celles-ci proviennent de l’eau restituée par une usine chimique, par le déversement de purin dans un torrent ou de la contamination d’une nappe phréatique.

Une pollution se reconnait à l’odeur et à la couleur.

Pour les éviter: en général quand on la détecte, c’est trop tard. Eloignez-vous le plus vite possible.
pollution
Pollution

Les dangers naturels

Les cours d’eau sont vivants et varient en fonction de l’intensité des saisons. Le gel peut désolidariser des blocs et provoquer des éboulements terminant dans une rivière, les branches d’arbres chargées de neige et avec l’aide du vent, se cassent tombent dans le lit des rivières, des arbres finissent dans les cours d’eau, en particulier lors d’hivers peu froid. Des avalanche recouvrent le lit des rivières, des embâcles, bouchons de branches et de troncs se forment. Tous ces dangers sont naturels et peuvent survenir, barrage ou pas.

Ces dangers sont finalement assez similaires à ce que l’on peut trouver en montagne!

Siphon

Un siphon est un tunnel naturel créé par des blocs ou par l’érosion dans des roches calcaires ou des conglomérats. Un nageur ou une embarcation pourraient y rester bloqués.

Pour les éviter: en général, les zones à siphon sont mentionnées dans les guides. Avant de faire une rivière, renseignez-vous sur la géologie et la morphologie. Conglomérats et calcaire ou vallée engorgée signifie souvent qu’il y aura des siphons. Si c’est le cas, faites du repérage et ne passer par tout à vue.
syphon
Danger naturel: siphon

Embâcles de bois

Il arrive, lorsque de nombreuses branches et troncs tombent dans une rivière et se font emporter, que tout se retrouve bloqué en un endroit, méandre ou gorge, créant un barrage naturel.

Dans les méandres d’une rivière, il y a presque toujours du bois accumulé en plus ou moins grande quantité. Il faut absolument éviter les angles des méandres. 

Les débris métalliques sont également une source d’embâcle car du bois peut se prendre dedans. Les risques de débordement du cours d’eau, sont importants et lorsque l’embâcle cède, les dégâts dus à la montée brutale de l’eau sont conséquents. Par comparaison, un barrage qui ouvrirait en urgence ses vannes va faire monter le niveau d’eau rapidement mais progressivement. Une embâcle qui cède va libérer d’un coup l’eau et tout le bois accumulé.

Pour les éviter: rester au centre des courbes de méandre, si vous vous retrouver face à une embâcle, portez et observez si elle se déstabilise et risque de céder. En cas de doute, sortez.

Éboulement

Un éboulement ou la désolidarisation d’un enrochement peut recouvrir un cours d’eau et créer des siphons. Un éboulement libère également des roches fraichement cassées et donc tranchantes, dangereuses pour une embarcation et son ou ses navigateurs.

Pour les éviter: débarquez et portez.

Avalanches

Les versants des vallées alpines sont caractérisés par des couloirs à avalanches qui peuvent atteindre le cours d’eau du talweg et l’obstruer, créant par la suite un énorme siphon de glace.

Lorsque l’avalanche est importante, il arrive fréquemment que la neige ait emporté des troncs d’arbres qui se déposent dans le cours d’eau. Ce danger naturel est très important. Si une gorge se situe peu après des couloirs à avalanche, il y a de fortes probabilités que des troncs y soient coincés. Prudence avant de vous y engager!

Pour les éviter: observez votre parcours avant de commencer la navigation. Les avalanches se voient d’assez loin. Débarquer avant et allez observer l’avalanche. Si elle est conséquente avec du bois et qu’une gorge la suit, ne vous y engager pas sans l’avoir reconnue intégralement à pieds. Si ce n’est pas possible, renoncez.
Avalanche
Avalanche sur le Rhône

Pour toute information complémentaire: www.riverexpertise.ch

Nager dans une rivière

« Il y a des tourbillons dans le Rhône »

Combien de clients valaisans m’ont dit « jamais je n’irai sur le Rhône, il y a des tourbillons »!

Le Rhône est un fleuve de type volume prenant sa source dans les Alpes valaisannes en Suisse. Partant d’un glacier, l’eau jaillit et s’écoule en cascade de la montagne. Plus il descend la vallée, plus il grandit, renforcé par les rivières latérales.

De torrent, le Rhône devient une rivière à volume qu’il fait bon descendre en rafting. Dans le parc de Finges, le niveau d’eau peu atteindre de plus de 350 m3/seconde.
Dès Sierre, il est canalisé, et lorsque le niveau d’eau augmente lors de la fonte des neige ou de très fortes et longues pluies, la vitesse de l’eau augmente et c’est ce qui le rend dévastateur quand il sort de son lit. L’eau atteint une vitesse qui emporte tout sur son passage.

Les mouvements d’eau

Les tourbillons que l’on peut observer dans le Rhône sont créés par des roches sous l’eau et par les rochers sur les rives qui font obstacle au courant, freine l’eau qui tourne derrière le rocher. Ceci s’appelle un « contre-courant ». Ces mouvements d’eau peuvent déstabiliser une embarcation et sont utilisés pour s’arrêter et jouer dans le courant.

Les dangers du Rhône en Valais

La température de l’eau

Le plus grand danger du Rhône en Valais est sa température. Sur l’année, elle oscille à Sion entre 4 et 10°C. Provenant du glacier ou de la fonte des neiges, proche de sa source le glacier et alimentée par des rivières glacières, l’eau n’a pas le temps de se réchauffer.

tempreatire rhône 2018
Température du Rhône en 2018 [source : hydrodaten]

Le plus grand risque est l’hypothermie. S’aventurer pour nager dans le Rhône ne doit de faire qu’avec un équipement adéquat, combinaison, chaussons, gilet et casque.

Les rapides

Lorsque le lit devient plus étroit ou que la pente s’accentue, l’eau s’accélère, créant un rapide.  Si des rochers tapissent le lit de la rivière, cela modifie la structure des courants créant des vagues et des rouleaux. C’est ce qui est tellement palpitant sur un raft ou un kayak.

La profondeur à l’endroit du rapide est important. Pour nager dans une rivière il faut que ce soit suffisamment profond pour ne pas se heurter aux pierres ou rochers. De plus, il est important de nager dans une rivière si l’eau dépasse la hauteur du genou et de ne pas se lever, au risque de se coincer contre un rocher et d’être retenu prisonnier par la pression qu’exerce l’eau sur la jambe.

Les règles de sécurité pour la nage en eau-vive

Bien évidemment, la première recommandation est de s’initier avec des gens qui connaissent bien la nage en eau-vive. Il y a tout de même quelques règles de base:

  1.  Avoir un équipement adapté: combinaison adaptée à la température, chaussons, gilet, casque et corde de sécurité .
  2. Ne pas aller nager seul dans une rivière et avoir toujours une personne sur le bord avec une corde de sécurité.
  3. Ne jamais tenter de se lever dans une rivière au risque de se coincer une jambe, nagez et gardez vos jambes au-dessus de l’eau!

Pour les pêcheurs

Il y a beaucoup de pêcheurs par chez nous qui vont taquiner le poisson de nos rivières. En bottes, ils entrent dans le courant pour s’approcher au mieux de leur amis à nageoires.

Le risque pour eux est une montée rapide de l’eau liée à l’ouverture d’un barrage ou à la rupture d’un barrage naturel fait de branches.

Si vous êtes emporté par une montée des eaux,  ne tentez pas de vous lever au milieu de la rivière mais essayer de nager vers la rive et vous agripper à une roche. Il est clair que les longues bottes ne vont pas aider.
Pour prévenir ce type d’accident, pensez à prendre un repère du niveau d’eau avec un bloc de roche et lui jeter un œil régulièrement. Si l’eau monte, sortez rapidement du lit et mettez-vous à en retrait. Ça va très vite.

S’il est prévu de rester au même endroit, une corde attachée à un arbre à laquelle s’agripper pourrait aider. Par contre ne jamais s’attacher à là corde.

La rivière est fascinante, vivante, changeante et un terrain de jeux palpitant. Tout comme la montagne, elle peut réserver des surprises et ses dangers surviennent brutalement. Respectez-là! Ce n’est pas en la canalisant, en la corrigeant qu’elle sera domptée. Un cours d’eau, même corrigé pour la troisième fois, peut toujours être dangereux lorsqu’il est en crue.